shadow
Immigration

Un beau moment pour la politique municipale

Un des grands objectifs des organismes agissant pour les communautés culturelles est d’assurer leur représentation à tous les niveaux. Il est très important qu’en fasse partie la représentation politique. Les enjeux sont nombreux et nécessitent une prise de conscience et une prise d’action tant au cœur des municipalités qu’aux autres paliers du gouvernement.

C’est pourquoi une grande fierté nous habite au lendemain de ces dernières élections à Sherbrooke, alors qu’une meilleure représentation des communautés culturelles prend le chemin du conseil municipal. Jamais auparavant nous n’avons vu une telle diversité parmi les élus : il était grand temps que cette réalité se produise enfin! 

Un nombre record de femmes, de jeunes mais aussi de citoyens d’origines différentes travailleront pour au moins les quatre prochaines années à rendre notre ville plus inclusive pour toutes et pour tous. Ils souhaitent plus que jamais favoriser l’implication citoyenne, car c’est la base même qui nous permettra de devenir une société encore plus forte et solidaire.

Crédit photo: Roberta Marques/ Association Brésilienne de l'Estrie

Fernanda Luz, dans le district du carrefour, apporte les couleurs du Brésil avec elle à l’hôtel de ville. Son parcours migratoire offrira un regard sensible et attentif à la réalité de ces citoyens.nes, récemment étabis.es dont les défis ne sont pas les moindres. Personne chaleureuse qui aime les gens et qui écoute avec empathie, elle saura nous en sommes persuadés représenter les citoyens de son district dans leur meilleur intérêt.

Laure Letarte-Lavoie et Christelle Lefevre sont aussi de fiers exemples de Sherbrookoises provenant des communautés culturelles, impliquées et dévouées au bien-être de leurs concitoyennes et concitoyens. 

Que dire maintenant de Rais Kibonge, premier élu à la ville de Sherbrooke d’origine Congolaise, personne admirable et combien sympathique. Il apportera à la vision de notre avenir commun une contribution mémorable n’en doutons pas !

Enfin! Des exemples locaux pour que nos jeunes et moins jeunes voient qu’il est possible de s’impliquer en politique et devenir un véritable leader, peu importe notre origine, notre milieu, notre genre ou notre âge. 

Les premiers mots de notre nouvelle mairesse furent de souligner l’importance de l’exemple qui sera donné aux petites filles de ce qu’il est possible d’accomplir lorsqu’on agit avec cœur et ambition; et c’est vrai également pour les communautés culturelles.

Ce renouveau de politique municipale se veut un moment de changement pour le mieux. Vous êtes toutes et tous invités.es à vous impliquer afin de rendre notre ville meilleure : un lieu de bien-être et d’épanouissement pour toutes les Sherbrookoises et les Sherbrookois!

par Sébastien Côté

Crédit Photo: Page Facebook d'Évelyne Beaudin

Texte sur l’élection de Kamala Harris

Crédit Photo: La Tribune

Nous, membres du comité femmes de la Fédération des Communautés Culturelles de l’Estrie (FCCE) exprimons notre immense joie à l’issue des élections américaines qui viennent de porter Joe Biden à la présidence et Kamala Harris, la première femme et la première femme noire à la vice-présidence des États-Unis d’Amérique.

Nous exprimons aussi notre gratitude et notre admiration à toutes celles et tous ceux qui ont rendu cet évènement attendu depuis des siècles. 

En effet, étant la première femme et la première femme noire à accéder à ce poste, elle vient d’écrire une nouvelle page d’histoire qui restera graver pendant longtemps dans la mémoire collective. 

Nous saisissons cette occasion pour réitérer à toutes les filles et à toutes les femmes que tout est possible en autant qu’on y croit. Souvenons-nous des paroles prononcées par la vice-présidente Kamala Harris lors de son premier discours aux lendemains des élections du 3 novembre dernier : Je suis la première et je ne serai pas la dernière.

Modèle d’inspiration pour les femmes et filles, nous lui souhaitons un mandat rempli de succès et de beaux accomplissements afin de paver la voie pour la présidence en 2024. Pourquoi pas, rêve américain oblige!

Soulignons également que  Dominique Anglad, est la première femme et la première femme noire  à être élue cheffe du parti libéral du Québec. À qui le prochain tour ?

par Mariame Cissé

Responsable du comité femmes

C’est quoi encore la FCCE

Depuis que j’ai déménagé au Canada je n’ai jamais eu la chance de participer dans des activités organisées pour les immigrants.

Je pense que l’une des raisons pour lesquelles je n’y allait pas et que je n’étais pas au courant de ce qui se passait dans la communauté.

Il y a quelques jours, j’ai commencé à faire du bénévolat pour un organisme appelé “Fédération des Communautés Culturelles de l’Estrie” (FCCE).

Cette fédération contribue à une bonne intégration des immigrants de l’Estrie.

J’ai été émerveillée par le travail qui se fait là-bas pour que les nouveaux arrivants puissent s’adapter facilement et que ceux qui sont sur cette terre d’accueil depuis des années puissent se sentir chez eux en s’exprimant selon leurs cultures.

Les services et les activités que cette organisation offre sont inspirés d’une créativité hors du commun. J’ai pris le temps de faire des recherches sur les ateliers et les événements organisés par FCCE, et je me suis rendue compte que ce sont des personnes issues de l’iimigration qui les organisent. Les leçons et la connection qui en résultent sont ce dont j’avais besoin lorsque je suis arrivée dans ce pays et me sentait perdue.

Maintenant que je fais partie de la FCCE, je me dévoue aussi à travailler fort pour organiser  des activités qui apportent la sensation d’appartenance que chaque être humain désire. 

Un moyen de rendre l’Estrie notre foyer, notre chez-nous.

FCCE organise des activités pour les enfants, les adolescents, les jeunes adultes, les femmes et hommes marié(e)s, ainsi que les aîné(e)s.

Je me demande aujourd’hui ce que cet organisme aurait pu faire pour m’atteindre quand j’avais 14 ans, nouvellement arrivée, sans ami(e)s et souffrant le mal du pays.

Je me demande aussi, comment j’aurais pu connaître son existence à 20 ans, après m’être intégrée dans la société, mais cherchant à me reconnecter à mes racines africaines.

Je ne veux pas qu’une autre personne retourne en arrière en se disant: “Si j’avais su…”

Auriez-vous une idée de comment atteindre plus de personnes?

Faites-le nous savoir s’il vous plaît.

Aidez-nous à vous aider en envoyant vos idées à info@fccestrie.ca

Sibo